pour une parentalité douce et respectueuse
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Maternité] La naissance de Gaël

Aller en bas 
AuteurMessage
mamanwinnie

avatar

Nombre de messages : 271
Age : 36
Localisation : MARTIGUES (13)
Date d'inscription : 18/04/2006

MessageSujet: [Maternité] La naissance de Gaël   Ven 21 Avr 2006 - 1:56

La naissance de Gaël



Mercredi 11 janvier :

Seb rentre du boulot, on va chercher Léo a la crèche et il me dit « je sens que c’est pour ce soir »… si seulement il pouvait avoir raison, il me tarde de tenir mon bibou dans mes bras ! prière
Le soir, après manger, grosse séance de jeu avec Léo, les petites voitures, le ballon, le doudou… ils ont invente un nouveau jeu : se lancer le doudou dans la tête ! Et moi je ris, je ris, je regarde mes deux hommes s’amuser quand d’un coup Léo prend le petit cheval en plastique dur et le lance dans la tête de Seb ! bien sur j’éclate de rire mdr , un fou rire qui ne veut plus s’arrêter. C’est génial, on s’amuse bien coeurs ! Léo part au dodo puis nous on se met devant la télé, on regarde une famille formidable, en amoureux. On se couche de suite après le film, on est fatigues tous les deux mais on fait quand même un gros câlin . Je m’endors en pouffant de rire en repensant a l’histoire du cheval


Jeudi 12 janvier

1h du matin, on dort profondément quand je sens une contraction dans mon sommeil, pis une deuxième pis une troisième qui elle, plus violente, me réveille. Ça fait comme de fortes douleurs de règles.
Je prends toutes les positions possibles dans le lit, je souffle, mais ça fait mal , il faut que je me lève. Je réveille Seb qui lui dort tjrs aussi bien, je lui dis que je crois qu’il avait raison, c’est pour cette nuit. Il est 1h30.on appelle ma mère qui doit venir relayer Seb pendant l’accouchement, et ma belle mère pour qu’elle vienne garder Léo. En attendant tout ce petit monde, je regroupe, entre deux contractions, les dernières affaires à mettre dans le sac. Pendant la contraction je prend la position sumo, ça me soulage, et Seb se moque, ça me fait rire mais ça fait maaaaaaaalll quand je ris ! ma mère et ma belle mère arrivent ensemble (ça a du bon que nos parents habitent dans le même bâtiment) et moi je suis toujours pas prête . Je prend une douche bien chaude, ahhh que ça fait du bien !puis on part enfin.
On arrive vers 3h30 à la maternité. Une jeune sage femme, Anne Gaëlle, nous accueille et me dit que j’arrive après la tempête : il y a eu déjà quatre accouchements cette nuit, je suis la cinquième et elle est seule de garde, avec une étudiante sage femme .
Elle m’installe dans la salle d’examen et m’ausculte. Elle me dit houlala mais vous êtes presque a complète, ouverture du col a 8, voir plus, col tout mou, mais poche des eaux pas rompue donc le travail n’avancera pas si on ne la rompt pas…
8 ?!!! Je ne peux pas le croire !!! 8 de dilatation ?!!! C’est trop beau pour être vrai !
Elle me prévient qu’en rompant la poche, mon col va se rétracter, car c’est elle qui l’écarte, mais n’appuie pas assez pour que le travail avance. Maintenant il faut que ce soit la tête du bébé qui appuie pour qu’il finisse de s’ouvrir. J’accepte finalement la rupture de la poche des eau. A-G me demande si je souhaite la péri, ce q quoi je répond non, je souhaiterai l’éviter. Elle me demande alors si je veux accoucher dans l’eau. Oui je souhaite y faire le travail et selon comment mon corps réagit, y rester ou non pour la naissance.

Elle m’emmène dans la salle d’accouchement en espérant que je ne perde pas les eaux dans le couloir Laughing .
Elle prépare le bain, perce la poche des eaux, me ré examine, col ouvert a 5 finalement. Moi je trouve ça cool quand même, c’est déjà ça de fait, en peu de temps, sans trop souffrir en plus ! Je plonge dans la baignoire, ahhhhh depuis le temps que je rêvais d’un bon bain chaud !
Le travail suit son cours, la sage femme pense que le bébé sera la a 6heures si ça continue comme ça .
Malheureusement, a 6h, le col n’est qu’a 7 de dilatation, il ne bouge plus depuis un moment, les contractions sont trop courtes donc inefficaces . Il me reste une heure seulement avant la relève, moi je ne veux pas d’une autre sage femme, Anne Gaëlle me soutient bien, je suis en confiance avec elle . Avec mon accord, elle fait passer dans la perf (jusque la elle était vide) du spasfon et du magnésium pour essayer de ramollir ce bourrelet de col dur qui ne veut pas s’effacer. Le magnésium me donne des bouffées de chaleur, j’ai l’impression de brûler dans l’eau, c’est une sensation bizarre !
Je commence à fatiguer, je m’endors entre deux contractions, je n’arrive plus à luter contre le sommeil , j’ai maaaaal…
Arrive 7h du matin, col toujours ouvert a 7. C’est la relève. Moi je commence a paniquer : je vais donc avoir une autre sage femme…
Anne Gaëlle me dit qu’ils vont devoir accélérer le travail, parce que la les contractions n’étaient plus efficaces depuis un long moment. Je suis déçue le travail va être accélère et en plus, je change de sage femme.
Avant que Anne Gaëlle s’en aille, je lui demande s’il est trop tard pour la péri parce que j’ai peur d’avoir trop mal s’ils accélèrent et en plus je change de sage femme,( mais ça je lui dit pas), je suis un peu perdue…
La nouvelle sage femme arrive, avec sa stagiaire. Comme je prends la péri, je dois renoncer à accoucher dans l’eau Sad . Elles me font changer de salle d’accouchement car dans celle où je suis la table est moins confortable.
L’anesthésiste arrive quelques temps après, il me pique, je déteste cette sensation de produit qui brûle et fait froid dans le dos en même temps , mais ça me soulage.
Une demie heure après, la sage femme vient m’ausculter, le col est toujours a 7, je ne regrette pas d’avoir pris la péri du coup, parce que le travail n’a toujours pas avancé. La sage femme m’injecte l’ocytocine dans la perfusion, elle m’installe en tailleur en me bloquant les jambes avec un coussin d’allaitement, je m’assoupis, me réveille, m’assoupis…
30 min plus tard, ça n’a toujours pas évolué, la sage femme augmente les doses, moi j’ai peur de partir en césarienne…
Finalement, le travail avance. Mon col s’ouvre a 8, puis a 9 et la ça devient long, le cœur du bébé ralentit puis redevient normal, puis ralentit, puis redevient normal…
Un monsieur entre dans la salle d’accouchement, bien habillé, avec un veston gris et une écharpe rouge. Il enfile un gant et m’ausculte . Je comprends que c’est un gynéco. Mais je suis toute de même étonnée qu’il n’ait même pas pris le temps d’enlever sa veste, quelle horreur.
Il dit à la sage femme de m’installer les étriers, qu’il peut l’avoir aux barres. Moi je demande ce que ça veut dire et il me dit qu’il va utiliser les forceps. Je lui dis non (de detresse)! Je ne veux pas ! Ce à quoi il répond « et on fait quoi alors on reste comme ça, on laisse le bébé mourir ?
Bouhhhh il est méchant le monsieur de me parler comme ça marteau .
Je décide de me concentrer et de tout faire pour ne pas voir revenir ce monsieur avec ses engins de torture. A chaque contraction, je souffle et me vide de tout mon air en poussant doucement. 15 min plus tard, la sage femme m’ausculte, le bébé est bien descendu, il pousse !!!
Elle me dit donc que je peux commencer à pousser, ce que je fais, de toutes mes forces. Je ne veux absolument pas revoir ce monsieur. Je pousse, je pousse, et d’un coup ça me brûle, me brûle, la tête du bébé me gène, elle n’est pas encore sortie, je pousse de toutes mes forces et hop ne poussez plus, je dégage l’épaule, je pousse encore deux fois et la sage femme me propose de venir attraper mon bébé, mon bébé, mon bébé, ça y est, il est sur mon ventre, qu’il est beau, il crie a pleins poumons, qu’il est beau !
Je demande à attendre que le cordon ait cesse de battre avant de le couper. La sage femme et la stagiaire s’éclipsent, nous laissent en famille, Seb, le bébé et moi. Alors comment allons nous l’appeler ? Gaël. On va l’appeler Gaël !
J’essaie de le mettre au sein, il ne veut pas, il préfère rester lové tout contre moi, se réchauffer, se remettre de ses émotions.
La sage femme et la stagiaire arrivent, Seb coupe le cordon, ils font la délivrance, je demande à voir mon placenta. La stagiaire me l’a détaillé, et expliqué ! Ça va, il est entier !
La puéricultrice arrive, me prend Gaël pour les soins, Seb les suit. Il revient quelques minutes plus tard, pour me dire, tout fier, que bébé pèse 3kg 410 ! Puis il repart suivre les soins et revient avec Gaël dans les bras. Je lui dis d’aller le présenter à ma mère (qui ne sait toujours pas si c’est une fille ou un garçon !). Ils reviennent tous les trois, ma mère reste avec Gaël et moi et Seb part rejoindre Léo à la maison.
Je suis heureuse, mon accouchement ne s’est pas passé comme je voulais, mais il ne s’est pas trop mal passé !
Ce que je regrette : ne pas avoir attendu avant de percer la poche des eaux.
Et avoir une péri trop dosée parce que l’anesthésiste en a remis une couche sur ordre du gygy, a cause des forceps (pis finalement y’a pas eu forceps ouf !) mais du coup je n'ai pas senti cette fabuleuse sensation de poussee que j'ais ressentie pour Léo...

et si 3eme bebe il y a, il naitra sans péri, je l'espere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boudasimboudette

avatar

Nombre de messages : 3156
Age : 41
Localisation : haute savoie
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: [Maternité] La naissance de Gaël   Ven 21 Avr 2006 - 12:13

fleur bleue bienvenue à Gaël soleil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Maternité] La naissance de Gaël
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (maternité amie des bébés - LHAB) Miss Hannah (part 2)
» Maternité / papiers
» [maternité] Mon accouchement !
» accréditation vs CSST vs congé de maternité
» Sophrologie - Atelier de préparation à la maternité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Naturel :: Le grand jour : bébé arrive :: Les récits de naissance de nos enfants-
Sauter vers: