pour une parentalité douce et respectueuse
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélusine



Nombre de messages : 3641
Age : 44
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mar 17 Fév 2009 - 13:27

On en discute pas mal sur le forum en ce moment, alors je lance un sujet, j'ai envie d'avoir tous vos avis, les pour, les contre, ce qui vous a fait sauter le pas, ce qui vous retient, l'expérience de celles qui pratiquent, etc !

Chez nous, on en discute beaucoup avec mon Homme, on a l'impression que ce serait mieux pour nos filles, le rythme scolaire ne leur convient manifestement pas, on voit bien la différence pendant les vacances, et je suis persuadée que les apprentissages seraient plus adaptés et diversifiés à la maison qu'à l'école.
Mais, ce qui nous fait hésiter:
-leurs copains/copines: elles sont toutes les 2 en collectivité, et sont très attachés à leur copains, on a peur que ça leur manque, et que finalement, elles ne retrouvent jamais autant de contact avec d'autres enfants. Même si elles font des activités extérieures, c'est différent, par ex notre Grande fait de la danse avec une super prof, elles sont 6 filles, et bien elle ne connait même pas bien les noms des 5 autres filles, et dès le cours fini, tout le monde repart, il n'y a pas beaucoup d'échanges ...
-notre réseau, à nous parents, est très lié à ces collectivités: mon Homme est président de la crêche associative, et je suis dans l'assoc des parents d'élèves. Les instits de l'école ne sont pas terribles, mais les parents sont sympa, idem à la crêche, et on aime bien ces soirées débats où on finit par prendre un verre ensemble ! Ca nous a permit de rencontrer pas mal de monde sympa dans notre quartier élargi, mais qu'on ne voit pas en dehors de ces occasions ...
-Comment tenir en continu, et se garder de petites pauses ? une de nos bouffées d'oxygène en ce moment, c'est notre vendredi midi/après-midi en amoureux, pas toutres les semaines, souvent une semaine sur deux, on se fait un petit ciné l'après midi, ou on prend un sandwitch en ville en faisant du lèche-vitrine, etc. Comment se garder une petite pause comme ça en nonsco ?

A vos avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine



Nombre de messages : 14668
Age : 43
Localisation : province Luxembourg - Belgique
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mar 17 Fév 2009 - 14:06

ici, on pratique, c'est pas tous les jours facile, mais ça n'a rien à voir avec l'instruction (avec la grande, on bosse maxi 1h par jour... quand on bosse ) c'est "simplement" le fait d'être non-stop avec trois petits 24H/24 7J/7, deux enfants c'est super, mais trois, surtout seule la journée, c'est hard pfiouh ! mais je suis convaincue que c'est une question de 3-4ans et ça sera nettement moins dur quand le plus petit sera moins "pot de colle" (là, je suis obligée de faire cours à la grande pendant la sieste du petit, parce que depuis que je me suis aménagé du temps pour MOI il est super ch*** quand je m'occupe exclusivement d'un autre Rolling Eyes mais bon, il va s'habituer hein! ) Et donc, comme tu sais, j'ai dû récemment m'aménager du temps pour soufler parce que c'est vital (mais je l'avais oublié un peu trop longtemps Rolling Eyes ) et donc un vendredi sur deux je me barre toute la journée et c'est chéri qui s'en occupe (il bosse à 4/5ème, il bosse pas le vendredi) et un dimanche sur deux (ou plus si la baby-sitter est dispo, ou la mamie) on se barre tout une après-midi tous les deux soleil et là je pense qu'on est en route vers un bon équilibre

Pour les copains, y en a moins c'est sûr, mais mon opinion très personnelle là dessus c'est que je ne vois pas l'intérêt d'avoir plein de simili-copains qui se permettent de faire des vacheries, puis l'esprit de troupeaux et de clans ça fait partie des choses qui me dérangent à l'école donc j'y vois plutôt un avantage qu'ils doivent se donner la peine d'aller vers les autres avec une qualité de relations plutôt que de baigner dans une quantité de relations forcées, mais bon on est dans les valeurs là, donc c'est très perso

Pour ce qui est de vos relations à vous, je t'avouerais que ça m'a fait bisare de lire cet "argument" euh...? si tu penses à la désco, c'est pas pour toi, c'est pour tes mômes, non? euh donc personnellement, je me verais mal mettre dans la balance de ce choix que grâce à l'école, j'aurais moi des copains Suspect mais y a ptèt un truc qui m'échappe bisou En tout cas, ça me fait revenir à ce que je pense sur les relations humaines: elles sont de bien meilleure qualité quand elles sont choisies et issues d'une vraie démarche vers l'autre que quand on baigne dans un cadre "tout cuit" ...cela dit, c'est vrai que dans ce genre de circonstances, on peut aussi se faire des relations de qualité, mais alors y a pas de soucis à se faire, vous pourrez certainement continuer à vous voir dans un autre contexte, non? chut Bon, j'avoue que je suis pas du genre à aprécier les relations mondaines, autant ça me fait du bien de partager un moment authentique avec une bonne copine ou amie, autant ça me gonfle royalement de parler poliment de tout et de rien avec de simples connaissances, je suis un grizli et j'assume

Bref, pour résumer : question organisation pratique, y a des solutions pour toutes les combinaisons, j'en suis convaincue (y a qu'a voir la diversité sur les listes de discution LEDA, LAIA et CISE) maintenant, faut trouver TA combinaison en fonction de TES besoins et de TES valeurs, et ça par contre ça ne se planifie pas à l'avance, on peut bien sûr y penser, mais ça reste en constante réflexion et réajustement en fonction de chacuns, parce que on change tous (surtout les premiers concernés Rolling Eyes rit jaune )

soleil fleur bleue pom-pom girl arc en ciel

_________________
moi la mégère sauvage (37A)L'aînée blonde (8,5A)La puînée prout nananèèèreuh (5,5A)Le cadet diablotin (4A) et deux petits ange ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passeparmamaison.blogspot.com/
Mélusine



Nombre de messages : 3641
Age : 44
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mar 17 Fév 2009 - 16:20

Merci Cath, je savais que je pouvais compter sur ta contribution !

Bon alors, pour l'histoire de notre "réseau", je me suis mal expliquée. Bien sur, si on réfléchit la désco, c'est pour les filles, mais bon il y a tout l'équilibre de la famille à prendre en compte, je vois ça comme un changement assez global ... Evidemment, on ne va pas laisser les filles à l'école juste pour qu'on puisse avoir des copains ! Mais on aime participer à la vie du quartier, être "acteurs" de notre quartier, et moi j'aime vraiment connaitre mes voisins, les rencontrer, pouvoir compter sur eux pour un coup de main si besoin, ou pour discuter quand j'en ai envie, etc... et finalement, ces relations ne sont pas faciles à installer, depuis 5 ans qu'on est là, ça commence tout juste et c'est majoritairement par le biais de l'école (qui est justement une petite école de quartier), et j'ai peur qu'en coupant ce lien, on se retrouve isolé ...
En fait, j'ai l'impression que dans notre projet, ça marcherait beaucoup mieux dans notre ancien quartier, plutôt que dans notre actuel qui est très froid. Notre ancien quartier, c'était un ancien village de pécheurs au bord de la Loire, avec des maisons très resserrées, un dédale de ruelles piétonnes où les enfants jouent tous ensemble, et où il y a une vraie vie de quartier, avec un marché, une maison de quartier pour les assoc, etc... Je crois que j'aimerais y retourner si on faisait de la nonsco, pour ne pas être isolés, ni les filles, ni nous...

Sinon, j'ai l'impression que la nonsco, ça demande un peu de sous ? un peu plus que sans nonsco, je veux dire ...
Il en faut un peu pour le matériel/les bouquins, un peu pour les activités/sorties que j'imagine plus nombreuses qu'avant, et aussi pour une babysitter si on veut des pauses ...
Mais j'imagine qu'on trouve des solutions à tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine



Nombre de messages : 14668
Age : 43
Localisation : province Luxembourg - Belgique
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mar 17 Fév 2009 - 16:58

ben des familles non-sco, y en a avec tous types de moyens financiers, je pense pas que ce soit la non-sco qui change vraiment les choses, une famille qui est encline à fréquenter les musées et autres centres culturels, c'est de toute façon pas pendant les heures de classe qu'il y a des tarifs famille plus avantageux, parcontre, y moyen parfois de rejoindre des groupes de classes pour profiter des tarifs écoles; pour la baby-sitter c'est pareil, on ne sait quand même pas faire appel à elle pendant les heures de classe puisqu'elle est elle-même à l'école, donc école ou pas c'est sûr que c'est un service de we ou soirée qui doit être un luxe pour certaines familles moins aisées euh Pareil pour les bouquins, je pense pas qu'on achète plus ou moins ce qu'on a envie en fonction de la non-sco et pour l'usage pédagogique on trouve suffisemment des supports gratuits sur le net et ailleurs Smile

_________________
moi la mégère sauvage (37A)L'aînée blonde (8,5A)La puînée prout nananèèèreuh (5,5A)Le cadet diablotin (4A) et deux petits ange ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passeparmamaison.blogspot.com/
Akamiaou
modo


Nombre de messages : 4763
Age : 33
Localisation : En Xaintrie, perdue dans ma Corrèze chérie =)
Date d'inscription : 05/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mar 17 Fév 2009 - 18:48

Ha ben oui, avec mon RMI il me faut beaucoup plus de sious tiens :p
Ma copine seule avec quatre enfants et... un RMI aussi, idem =)

Nan nan ça ne demande pas plus de sious, je pense mesme au contraire ! Enfin tout dépend des choix que tu fais, évidemment. Après, si tu veux faire "l'école à la maison", j'imagine que oui... mais bon, c'est un choix très différent, je trouve.

Tu peux trouver des réponses à la plupart des questions qu'on se pose sur la nonsco dans le bouquin de Sylvie Martin "Les 10 plus gros mensonges sur l'école à la maison". Si ça peut t'aider à y voir plus clair... Wink

_________________
Maman de Maël Loup (Octobre 2004) Zia, fleur de printemps et flocon d'hiver (Mai 2009-Février 2010) et Angus (Novembre 2010)
"Aujourd'hui, nous ne savons plus très bien ce qui nous distingue des autres grands singes, peut-estre est-ce le fait qu'à la différence de ceux-ci, nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis"
VIE JE TE MAUDIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akamiaou.canalblog.com/
claudia



Nombre de messages : 1971
Age : 40
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mer 18 Fév 2009 - 1:53

aargh je viens de lire ce post mais il est vraiment trop tard complètement HS
En bref, je me suis aussi posée la quesion de la non-sco pour mes enfants, j'ai fait le choix intérmédiaire d'une école Montessori cette année, pour en arriver à les inscrire dans le système "normal" l'année prochaine.
Je pense maintenant que la non-sco n'est pas pour nous, donc je ne critique pas le choix des autres, bien au contraire, le choix est super, c'est ce que moi j'en ferais qui ne me plaît pas pour nous.

bon en vrac .... Laughing

pour commencer, mois j'ai toujours été elève presuqe modèle Rolling Eyes et j'ai toujours aimé l'école, donc mon opinion est biaisée.
Biensur j'ai rencontré des gros cons, qui ont aussi contribué à me faire sentir minable des fois Wink mais ils m'ont aussi appris à être ce que je suis aujourd'hui euh

donc pourquoi je ne choisi pas la non-sco? Pour préserver mes enfants de mes névroses, pour les confronter à les névroses de autres, pour ne pas les surproteger mais pour les accompagner et les armer psychologiquement dans ce monde qu'ils dévront affronter tôt ou tard.
Biensur je ne les lâche pas en pleine nature à la dure Wink je suis la pour les soutenir, les protéger et les sortir de la si jamais ça tourne mal Laughing

ensuite pour avoir connu des famille unschooling, surtout aux US, j'ai l'intime conviction que tout le monde ne devrait pas / n'est pas à la hauteur de faire ça. Biensur après chacun fait ce qu'il veut mais le résultat des fois fait de la peine.
C'est difficile à exprimer, mais quand je vois Bagh (sorry ma belle si je te prens comme example Very Happy ) déscolariser ses enfants, je n'ai aucun doute. Mais elle n'est pas n'importe qui, elle a un niveau, des connaissances, une approche de la vie que mes copains américains white trash à l'opposé n'ont pas. Je ne parle pas seulement de culture ici, mais d'une façon apprehender la vie et les autres coeurs ... je ne sais pas si je suis très claire

En étant moi même par nature très scolaire, j'ai peur d'être encore plus chiante qu'une vrai maitresse, et tomber dans la super performance extra-terrestre dus tyle on a fait beaucoup plus qu'à l'école, c'est un peu ma nature donc je me méfie

je ne suis pas très sociable moi même donc j'aurais peur de trop m'enfermer à la maison avec les enfants, et de ne pas faire d'activité à l'extérieur par paresse Embarassed et donc du coup d'étouffer mes enfants, à ne pas oublier que je suis italienne et j'ai vu des mères pieuvres étouffantes et toxiques détruire leurs gosses et cela m'a un peu traumatisé, si je pense ce que ça aurait fait si ma mère avait décidé de me déscolarise j'ai des frissons dans le dos Suspect

j'ai une approche un peu différente de certaines d'entre vous sur l'éducation de mes enfants. Si bébés j'ai materné et essayé de les protéger un max, en garndissant je cherche surtout à les armer pour qu'ils ne soient pas trop vulnerables dans ce monde terrible. Je n'essaye pas de leur éviter les souffrances, les douleurs ou les soucis, j'essaie de les accompagner pour qu'ils en sortent plus forts, pour qu'ils ne se sentente pas détruits au premier échec.
Au fur et à mesure que le temps passe c'est comme si je fesais un petit pas en arrière, je ne suis plus devant mon bébé, mais un pas derrière mon garçon pour l'aider, le soutenir, mais lui apprendre à suivre son chemin.

en dernière raison et après je pars me coucher Laughing c'est la plus honteuse Laughing mais je crois qu'en travaillant je pourrait me permettre de leur offrir plus et mieux. ça sonne super materialiste ce que je viens de dire, mais ce que je pense acheter ce ne sont pas de objets ...
je rève de faire un grand voyage par an avec eux, et si c'est possible au moins deux plus petits
si je parle plusieurs langues et que je peux donc connaitre plein de gens, de points de vues etc c'est aussi et surtout grace au sioux que mes parents ont mis .... faut pas se leurrer, cours, voyages, année aux US, année (qui est devenue 10 ans ...) en france etc...

voilà en vrac mes réfléxions, juste pour que tu aies d'autres points de vue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claudia



Nombre de messages : 1971
Age : 40
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mer 18 Fév 2009 - 1:56

waa les fautes de frappe et les phrases à rallonge !!! sorry !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pegpeg



Nombre de messages : 2256
Age : 39
Localisation : oxford
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mer 18 Fév 2009 - 11:27

Ici le unschooling est quelque chose qui me facine mais dans un premier temps je pense que je n'arriverai pas a trouver la petience pour etre avec Ylian + etit deuz (j'espere_ tout le temps.

En meme temps ici en Angleterre les enfants entre 3 et 5 ans peuvent aller 2.5h par jour en jardin d'enfant (ou plus si on paye...) et en jardin d'enfant c'est jeux libres, peinture, histoires... donc je vais faire ce choix et je pense que je serai a l'écoute pour la suite.

Si il se sent bien et veux aller a l'école je le laisserai sinon on vers pour le HOmeschooling or Un schooling.

Je crois que ca me fait moins peur avec un plus grand. C'est juste qu'apres avoir materner sans relache pendant 2 ans et probablement enchainer bientot avec un 2eme, je vais avoir besoin de me ressourcer avant de me replonger a plein temps 100% avec l'ecole a la maison si il y a besoin.

Je pense que Claudia a raison, c'est un ensemble il faut que chacun se sente bien pour que cela puisse se passer dans de bonnes conditions.

Ici je connais plusieurs familles non-sco et 2 ont fait le choix d'écouter leurs enfants, ils ont donc certains enfants a l'école et d'autres non. Il y a notammenet un petit garcon qui a absolument voulu retourné a l'école euh

J'espere pouvoir aussi en temps et en heure pouvoir écouter et accompagner mes enfants dans leurs besoins, maintenant on verra en temps venu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tumbebe.co.uk
milleloulou



Nombre de messages : 7
Age : 43
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Jeu 19 Fév 2009 - 12:39

Bonjour,
Je suis contente que quelqu'un aborde ce sujet qui me tient à cœur et me fait beaucoup cogiter. Nous avons fait le pas de descolariser nos 2 enfants du primaire (5 et 7 ans) cette année. L'ainée, en 3ème, est restée au collège et le petit dernier a 6 mois.
J'ai toujours rêvé d'une scolarité plus intéressante et adaptée aux enfants (pour moi à l'époque également qui, bien qu'intégrée et bonne élève, m'y suis bcp ennuyée) . Cette année nous avions cette opportunité car la naissance du dernier a permis au papa de prendre un congé parental; pour ma part, je ne travaille qu'à mi-temps; ce qui nous fait une bonne disponibilité familiale pour se lancer ds l'aventure. En plus, notre fils de 7 ans était un peu décalé à l'école; ayant sauté une classe, il se retrouve avec des beaucoup plus grands que lui (1,2 et 3 ans du fait de la classe mixte) et son intégration (pas si mauvaise) lui demande de gros efforts et certains "grands" en profitent bien. Bref, on s'est engagés pour 1 an , renouvelable si on le souhaite.
Pour le moment; le bilan est plutôt positif; les apprentissages sont sur mesure (fait par nous deux selon la dispo, les affinités et l'envie) et le temps libre bcp plus important. On travail 1 à 2 heures les matins. Le rythme familial est vraiment très agréable; on peut se permettre de partir souvent qq jours en escapade (visites à thème, familles, amis éloignés). Les 2 enfants sont partis 1 mois en Afrique avec leur père en novembre (chez leur tante), ce fut une expérience très riche en humanité.
Avec les 4 loustics de tous âges (dont un bébé allaité) tout notre temps n'est pas du luxe, mais cela nous plait beaucoup; on sait que ça ne durera pas alors on profite. C'est vrai que parfois l'envie de se retrouver en couple, tranquille, est plus souvent là que l'occasion réelle. On trouve qd même à caser les enfants 2-3 jours ds la famille de temps en temps mais on garde le petit dernier ... C'est pas encore trop dur mais on se creuse un peu la tête pour trouver des astuces avant que ça ne le soit trop. (la diversification avance, patience)
Côté sociabilité je ne suis pas trop inquiète : les enfants on gardé des contact avec leurs copains préférés de l'école, et les voient ou pendant les activités extra-scolaires (nombreuses), à la bibliothèque, ou on les invite. Et puis on se déplace pas mal chez les amis, on rencontre les autres enfants nonsco du coin, on va à la ludothèque, ..
J'espère que la reprise de l'école ne sera pas trop dure, il faudra la préparer; les enfants savent que ça ne durera pas toute leur scolarité; ils ont demandé de faire un an de plus (l'année prochaine). D'ici là j'aimerais privilégier les voyages (petits et grands) avant d'être à nouveau coincés par le calendrier. Si il y avait une école alternative, je crois qu'on aurait fait ce choix en premier; mais par chez nous, il n'y a rien du tout et de là à déménager exprès...
Je ne crois pas que ça nous fasse un supplément budget (d'ailleurs on vit avec moins) ; on dépense plus d'un côté (sutout pour les déplacements) mais moins d'un autre (les choses fait-maison sont moins chères, on a le temps d'emprunter, de troquer, de chiner, de système D..)
En ce moment, on s'inquiète un peu que la petite de 5 ans, trop ds un cocon et bien dedans, n'ait du mal à en sortir par la suite; alors on essaye un peu plus de la sortir de la famille nucléaire qd l'occasion se présente (copine, cousins). Desfois je me dis qu'elle a le temps aussi, je sais pas trop.
Bref, on est pas 100% nonsco, mais faut avouer que ça fait une parenthèse de tranquillité et de liberté familiale bien appréciable ds le rythme trépidant de cette société, et on a pu se la permettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine



Nombre de messages : 3641
Age : 44
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Lun 23 Fév 2009 - 19:06

Merci pour tous vos témoignages, ça nous aide à réfléchir ...
Enfin, ça cogite à fond, mais on avance pas beaucoup, on est toujousr aussi indécis !
C'est compliqué de faire un choix dans un sens ou dans l'autre, et je me retrouve aussi dans ce que tu dis, Claudia, sur le fait de confronter ses enfants à d'autres adultes, je ne suis pas sure qu'on soit toujours les meilleures personnes pour nos enfants, pas tous petits mais ensuite, c'est bien aussi qu'ils aient d'autres adultes référents, qui leurs proposent d'autres visions du monde, une approche différente, ou simplement souffler de leurs parents ??? Enfant et ado, mes parents étaient plutôt cools et à l'écoute, mais j'étais très indépendante, et bien contente de ne pas les avoir sur le dos toute la journée, d'avoir mon univers ailleurs ...
J'ai aussi un peu peur que les filles soient tellement bien dans notre bulle familiale nucléaire qu'elles ne veuillent plus en sortir, ce qui est déjà un peu le cas ... Et j'aimerais qu'elles soient ouvertes et curieuses des autres, pour ça, il faut se confronter à la diversité ...

D'un autre côté, c'est vraiment la question du rythme de vie qui m'interpelle, pourquoi courir tout le temps quand on pourrait faire autrement et vivre plus tranquille ... L'idée de parenthèse de tranquillité et de liberté familiale comme tu dis Milleloulou ...
Et ma Grande risque de se retrouver avec la même instit l'an prochain, et elle est vraiment trop nulle, trop molle, ne propose aucune sortie, activité culturelle, etc ...
Dans notre projet, on serait plus "homeschooling", le unschooling, c'est pas pour nous; mais l'idée ce serait vraiment de pouvoir diversifier les sorties, musées, biblio, plus de culturel, mais aussi plus de trucs extérieurs, de jardinage, ou autre, que je trouve tout aussi important que les apprentissages scolaires, et c'est vrai que pour tout ça, l'école c'est très pauvre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fofibou



Nombre de messages : 2807
Age : 36
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 09/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Lun 23 Fév 2009 - 19:54

Nous on vient de déscolariser Manon mais ça n'empêche pas de continuer à cogiter pour savoir si c'était le bon choix. D'un côté, l'expérience me tentait vraiment et je me dis qu'on pourra toujours la réinscrire si ça se passe pas bien, ou si c'est ça qu'on souhaite tout simplement.

Pour l'instant, on profite de plus avoir d'horaire, de plus avoir de stress, ni au coucher (fallait pas se coucher trop tard), ni au lever. Manon reste en pyj' une bonne partie de la matinée. Plus de pression non plus au moment du déjeûner car avant je me disais qu'il fallait qu'elle mange pour pas avoir faim jusqu'à son retour. Alors que maintenant, je sais que si elle a faim une heure après, elle a accès aux fruits, en libre service à la maison...

Pour l'instant, c'est vraiment du unschooling, et mine de rien, je la vois quand même apprendre. Elle a toujours été incapable de chanter correctement les chansons apprises à l'école. Il y a 2 jours, elle s'est passée la même chanson sur la chaîne Hi-Fi un nombre incalculable de fois, en arrêtant pour chanter elle-même. La chanson lui plaisait vraiment, et elle a pris le temps qu'il lui fallait. Elle le chante pas encore super bien mais personne lui demande rien, c'est elle qui a essayé de l'apprendre...

Par contre, les gros doutes sont surtout sur ma capacité à rester patiente et disponible pour mes enfants. Les premiers jours, je disais à Manon : " c'est super, on va pouvoir enfin passer de temps ensemble, faire des jeux toutes les 2" et impossible de trouver un moment où nous étions disponibles en même temps. Il faut accepter qu'il y a des jours où un enfant est particulièrement demandeur (surtout quand il y a un bébé dans la famille je pense), et donc on n'a moins de temps pour les autres. Mais ce qui est bien , c'est qu'on n'a pas une pression pour faire telle ou telle chose tel jour, on voit sur de long terme. Donc on peut ne "rien faire" certains jours et se rattrapper d'autres jours.

Timo me demande coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fofibou.free.fr




Nombre de messages : 48
Age : 33
Date d'inscription : 10/02/2009

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Mar 24 Fév 2009 - 11:47

Et vos loulous, qu'est-ce qu'ils en pensent?
C'est peut-être eux les mieux placés pour vous rassurer sur vos choix (ou vous faire changer d'avis!)... Il me semble que tous les enfants n'ont pas les mêmes besoins en termes de sociabilité et d'indépendance vis-à-vis des parents, tout comme l'école n'apporte pas la même chose à chacun (pour ma part, je pense que ça a plus contribué à m'inhiber qu'à éveiller ma curiosité...)
Ensuite, ça suppose bien sur qu'ils soient confrontés à d'autres enfants et adultes, mais l'école n'est (et de très très loin!) pas le seul lieu pour ça!
Peut-être qu'en leur proposant la desco quelques temps à l'essai, ils pourront choisir tous seuls ce qu'ils jugent le plus adapté.[/img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talane



Nombre de messages : 2122
Age : 45
Localisation : BW, Belgique
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Jeu 26 Fév 2009 - 17:25

Cath, qu'est-ce que tu conseilles comme porte d'entrée pour la non- sco ici en Belgique?
Je ne veux pas passer du temps sur le web pour le moment mais rencontrer des personnes pour en parler de vive voix.
Bref, où est-ce qu'il y a des belges, de préférence de la capitale, par exemple d'une liste de discussion comme point de départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine



Nombre de messages : 14668
Age : 43
Localisation : province Luxembourg - Belgique
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Jeu 26 Fév 2009 - 17:38

liste belge de discut: http://fr.groups.yahoo.com/group/IEF_Bel_f/ elle est pas super active, mais y a parfois des rdv

_________________
moi la mégère sauvage (37A)L'aînée blonde (8,5A)La puînée prout nananèèèreuh (5,5A)Le cadet diablotin (4A) et deux petits ange ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passeparmamaison.blogspot.com/
Talane



Nombre de messages : 2122
Age : 45
Localisation : BW, Belgique
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Jeu 26 Fév 2009 - 17:43

merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations   Aujourd'hui à 15:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Choix de la nonscolarisation, doutes et hésitations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» baby phone choix tres compliqué
» Choix de la spécialité à la fin des arpètes
» Choix de siège auto
» choix poussette 3 roues?
» Besoin d'aide choix de teinte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Naturel :: En famille :: Activités et éducation : moyens-grands et grands-
Sauter vers: